dimanche, décembre 10, 2017

FIFA - UAE 2017 - COUPE DU MONDE DES CLUBS - DÉSIGNATIONS DES ARBITRES - DEMI-FINALES - 12-13/12/2017

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , No comments


Publié le 10/12/2017 - La FIFA a publié la désignation des Arbitres pour les deux demi-fianles de la COUPE DU MONDE DES CLUBS qui se déroule du 6 au 16 décembre 2017 aux Emirats Arabes Unis.

FFF/LFP - COUPE DE LA LIGUE - DÉSIGNATIONS ARBITRES - 8èmes de Finale [12-13/12/2017] #CoupedelaLigue #CDL

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , , No comments



FFF/LFP - COUPE DE LA LIGUE - DÉSIGNATIONS ARBITRES

8èmes de Finale du 12-13 décembre 2017

http://arbitrezvous.blogspot.fr/p/ffflfp-coupe-de-la-ligue-designations_10.html

FOOTBALL - IFFHS : Publication du Classement des Arbitres Centraux Masculins et Féminins pour l'année 2017...

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , No comments


Publié le 10/12/2017 - Le Classement des arbitres 2017 de l'IFFHS est disponible. On notera que les allemands s'octroient les deux premières places du classement masculin et féminin, avec Félix BRYCH et Bibiana STEINHAUS.

vendredi, décembre 08, 2017

FFF - Frédéric CANO - Arbitre-Assistant FIFA : Fin de carrière internationale et arrêt en fin de saison... Hommage 😃😃

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , , , No comments


Publié le 08/12/2017 - "Une dernière pour la route, Frédéric ?" ... C'est ainsi, qu'on aurait pu intituler la dernière désignation internationale de Frédéric CANO. Cette DER avait lieu en UKRAINE sur la rencontre FC Zorya Luhansk /  Athletic Club de Bilbao en EUROPA LEAGUE ce jeudi 7 décembre 2017.

FFF - DIVISION 1 FÉMININE - DÉSIGNATIONS ARBITRES - Journée 11 [9-10-11/12/2017] #D1Feminine #D1F

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , No comments



FFF - DIVISION 1 FÉMININE - DÉSIGNATIONS ARBITRES

Journée 11 du 9-10-11 décembre 2017



http://arbitrezvous.blogspot.fr/p/fff-division-1-feminine-designations_21.html


jeudi, décembre 07, 2017

FFF - NATIONAL - DÉSIGNATIONS ARBITRES - Journée 15 [7-8-9/12/2017] #NationalFFF

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , No comments


FFF - NATIONAL - DÉSIGNATIONS ARBITRES

Journée 15 du 7-8-9 décembre 2017


http://arbitrezvous.blogspot.fr/p/fff-national-designations-arbitres_61.html



LFP - Les décisions de la Commission de Discipline du 7 décembre 2017 #Ligue1Conforama #DominosLigue2

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , No comments


Publié le 07/12/2017 - Réunie le 7 décembre 2017, la Commission de Discipline de la LFP a pris les décisions suivantes :

FIFA - UAE 2017 - COUPE DU MONDE DES CLUBS - DÉSIGNATIONS DES ARBITRES - 09/12/2017

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , No comments


Publié le 07/12/2017 - La FIFA a publié la désignation des Arbitres pour les deux matchs du deuxième tour de la COUPE DU MONDE DES CLUBS qui se déroule du 6 au 16 décembre 2017 aux Emirats Arabes Unis.

FFF/LFP - LIGUE 2 - DÉSIGNATIONS ARBITRES - Journée 18 [8-9-11-12/12/2017] #DominosLigue2 #Ligue2

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , No comments



FFF/LFP - LIGUE 2 - DÉSIGNATIONS ARBITRES

Journée 18 du 8-9-11-12 décembre 2017

http://arbitrezvous.blogspot.fr/p/ffflfp-ligue-2-designations-arbitres_84.html

FFF/LFP - LIGUE 1 - DÉSIGNATIONS ARBITRES - Journée 17 [8-9-10/12/2017] #Ligue1Conforama

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , No comments



FFF/LFP - LIGUE 1 - DÉSIGNATIONS ARBITRES

Journée 17 du 8-9-10 décembre 2017


http://arbitrezvous.blogspot.fr/p/ffflfp-ligue-1-designations-arbitres_59.html




FOOTBALL - LIGUE 1 - Polémiques sur l’arbitrage : la fabrique de l’imbécillité...

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , No comments


Publié le 07/12/2017 - Dimanche soir, à l’antenne de Canal+, on a donc entendu des consultants et des commentateurs accabler des arbitres qui avaient pourtant pris les bonnes décisions. Il aurait fallu connaître la règle du hors-jeu pour éviter de se fourvoyer aussi grossièrement. Mais cet aveu d’ignorance pèse peu devant les bénéfices à retirer de la lapidation des arbitres.

« L’homme du match c’est Franck Schneider, l’arbitre. C’est de lui et de ces décisions dont va évidemment débattre dans le débrief », annonça le commentateur Stéphane Guy au coup de sifflet final de ce Montpellier-Marseille. « Évidemment. » Au même moment, dans les couloirs du stade, des joueurs et des dirigeants se laissaient aller à des insultes ordurières contre des arbitres qui avaient bien fait leur travail.

PIERREMÉNESSISATION DES ESPRITS

Le lendemain, lors d’une autre émission de Canal+, Hervé Mathoux a estimé que le football devrait avoir honte d’être le seul sport « où les gens se comportent comme cela ». Son collègue Dominique Armand a poursuivi : « Il y a trop de gens qui ne connaissent pas les règles ». Le trouble vient évidemment du fait que tous deux figurent sur le plateau dominical du Canal Football Club, et qu’ils y côtoient des commentateurs et des consultants qui devraient se sentir particulièrement visés.

Si le dénigrement des arbitres est devenu un fonds de commerce, c’est sans conteste un bistro et Pierre Ménès en est le patron. Ayant fait de la déblatération sa profession, et de lui-même un contributeur direct à l’indigence de la culture football française, il réserve au corps arbitral une part majeure de ses opinions, aussi sommaires que des exécutions. Cette fois, il avait versé dans les attaques ad hominem dès la mi-temps. Une habitude.

Il y a pourtant de bons journalistes et consultants, sur Canal+ et ailleurs, mais un Dominique Armand doit par exemple consacrer une part considérable de son temps de parole à rectifier ou pondérer les propos de son voisin. Éric Carrière, justement un des meilleurs consultants de la chaîne, s’est aussi exprimé : « Les années passent, ces sujets reviennent tout le temps. On a des entraîneurs qui ont oublié qu’avant tout, ils sont des éducateurs ». Que dire, alors, des individus mis en position d’autorité qui s’adressent à des millions de téléspectateurs en se souciant de tout sauf de pédagogie ?

PARESSE INTELLECTUELLE

Les polémiques sur l’arbitrage font partie intégrante des expressions passionnelles sur le football, et il serait vain d’en imaginer la disparition – un rêve naïf que caressent beaucoup de partisans de l’arbitrage vidéo. Encore faudrait-il que ces polémiques soient maîtrisées par ceux qui les animent, ne deviennent pas endémiques et ne dégénèrent pas en discours haineux, désormais banalisés.

Car les polémiques arbitrales sont devenues, depuis longtemps, un contenu éditorial qui écrase les autres dans nombre d’émissions spécialisées, évitant à leurs protagonistes d’analyser tout ce qui fait un match – ce qui demanderait des efforts bien plus conséquents. Cette paresse intellectuelle s’accompagne d’un remarquable mépris pour les règles, vague corpus que chacun a recomposé à sa guise, sans craindre d’inculquer cette ignorance à son audience.

Ces controverses obsessionnelles ont aussi été transformées en élément du « spectacle » par la mise en scène télévisuelle des rencontres, qui organise le réexamen systématique de chaque décision peu ou prou importante à coups de ralentis (souvent au détriment du jeu qui se poursuit), inoculant aux commentateurs, puis aux téléspectateurs, un besoin maladif. Comble de l’absurde, même des actions qui n’ont abouti à rien doivent être passées sous ce scanner…

ARBITRES ACCULÉS

Il faut toutefois souligner des progrès sensibles au cours des dernières années. Vivant autrefois en vase clos, les journalistes de télévision sont aujourd'hui exposés aux réactions instantanées des réseaux sociaux. Perceptible, l’exaspération devant l’incompétence ordinaire a incité certains à se documenter, et à arrêter de répéter les sempiternelles idées fausses sur les règles. Plus rares, les âneries de ce genre sont aussi devenues plus insupportables. Par exemple lorsqu’il s’avère que la notion de main intentionnelle, pourtant essentielle, n’a toujours pas été intégrée par certains.

On retrouve d’ailleurs cette vision binaire (y a main, y a péno) dans tous les cas où des situations ambivalentes impliquent que deux décisions opposées sont aussi légitimes l’une que l’autre. En pareil cas, l’arbitre est acculé : son choix (c’est-à-dire son indispensable interprétation, par nature discutable) sera automatiquement requalifié en « erreur ». Cela dit à quel point la lettre aussi bien que l’esprit des règles sont méprisés.

Sur beIN Sports mardi soir, les commentateurs de Bayern Munich-Paris SG ont encore démontré leur faculté à inventer des erreurs arbitrales et à ne pas en démordre malgré l’évidence [1]. Lors de Lille-Toulouse ce week-end, Canal+ a présenté un énième « révélateur » de hors-jeu avec une ligne mal placée… Ce sont ces médias qui organisent le procès des arbitres.

HAINE DU FOOTBALL

Quand dérapages et aveux d’incompétence deviennent trop patents, la parade est toute trouvée, sous la forme d’un lieu commun très puissant : « Les arbitres français sont nuls ». Ils sont manifestement moins nuls que les spécialistes qui les critiquent, pourtant les premiers à marteler cette affirmation impossible à démontrer, mais très largement répandue [2].

Améliorer l’arbitrage est une nécessité, mais ce n’est évidemment pas le but poursuivi par ces procès, dont les procureurs sont mal qualifiés pour aborder le problème et se contentent d’instaurer un climat détestable. Leur flemme va aussi s’exprimer dans une promotion irréfléchie de l’arbitrage vidéo – qu’ils pratiquent, de fait, à longueur de retransmissions. Qu’on en fasse des arbitres vidéo, pour rire un peu.

L’entreprise de démolition des arbitres est une entreprise d’abrutissement des publics. La haine de l’arbitre est aussi une haine du football : au lieu de raconter, d’analyser et de célébrer le jeu, il s’agit de produire un ressentiment permanent. Les commentateurs-consultants en sont toutefois moins responsables que leurs dirigeants, qui tolèrent les dérives et font rois des démagogues néfastes. Les points d’audience gagnés ne compensent pas les points de QI perdus, et à plus long terme, tout le monde y perd.

[1] Certains commentateurs sont capables d’asséner des avis définitifs sans attendre de revoir les images, puis de voir ce qui leur chante dans ces images.

[2] Certains sous-produit de cette assertion sont pourtant démentis, comme la conviction que les arbitres français sifflent plus que les autres. Autre tartufferie majeure : le « manque de psychologie » reproché à des arbitres qui se font hurler au visage par les joueurs et pourchasser dans les couloirs par les entraîneurs et les dirigeants, avant d’être exécutés sur les plateaux de télévision.

Source : LE MONDE - Jérôme LATTA




mercredi, décembre 06, 2017

FIFA - UAE 2017 - COUPE DU MONDE DES CLUBS - DÉSIGNATIONS DES ARBITRES - 06/12/2017

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , No comments


Publié le 06/12/2017 - La FIFA a publié la désignation des Arbitres pour le match d'Ouverture de la COUPE DU MONDE DES CLUBS qui se déroule du 6 au 16 décembre 2017 aux Emirats Arabes Unis.

FFF - LIGUE 1 - Thomas LEONARD : Arbitre Fédéral 1 à 36 ans, il vit un rêve de gosse - Portrait 😊😊

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , No comments


Publié le 06/12/2017 - Il est lorrain et représente chaque week-end ou presque sa région sur les pelouses de Ligue 1 pour la première fois de sa carrière. Une consécration pour ce jeune arbitre de 36 ans, boulimique de travail et la tête solidement vissée sur les épaules. Portrait. 

Le ciel est gris, nébuleux, brumeux, infiniment triste. Un crachin glacial et inattendu balaie le stade du CS Veymerange et s'égoutte sur la charpente du club house, route du Buchel à Thionville. A quelques encablures du complexe cinématographique Kinépolis. Sur la pelouse synthétique d'entraînement, Thomas Léonard, grande silhouette svelte et affûtée, brave les caprices d'Eole et s'échauffe avec « un collègue », Anthony Ustaritz, conseiller technique en arbitrage de la Ligue Grand Est de Football.



Sous les yeux de son père Jean-Gabriel, survêtement aux couleurs du club sur le dos, qui a été le chercher quelques minutes auparavant à la gare Lorraine TGV. La veille, il officiait comme quatrième arbitre au Matmut Atlantique de Bordeaux, théâtre de l'affiche entre les Girondins et l'Olympique de Marseille (1-1) devant les caméras de Canal +. Une rencontre où il a dû rester « concentré » de la première à la dernière minute. Son rôle exact ? « Je suis dans la gestion des équipes, des bancs de touche et surtout je tente s'il y en a besoin d'apporter une vision extérieure au trio arbitral », explique le jeune homme de 36 piges, cheveux courts, faux airs de l'ancien attaquant bulgare de Manchester United ou de l'AS Monaco, Dimitar Berbatov.

Le premier Amiens-Lille, c'était lui

Grand fan de Star Wars, Thomas Léonard a intégré cette saison pour la première fois de sa carrière la constellation d'étoiles de la Ligue 1. « Un aboutissement du travail et des sacrifices réalisés durant ces dernières années. J'attendais secrètement ce moment, c'est la plus belle des récompenses. » Le Thionvillois est le petit dernier, le quatrième sifflet d'une Ligue Grand Est particulièrement bien représentée parmi l'élite après le Vosgien et compère de la promotion 2007 Benoît Bastien (34 ans), l'Alsacien Frank Schneider (38 ans) et le Messin d'adoption Sébastien Moreira (40 ans) suite à la mutation professionnelle de sa compagne.



Passionné et « amoureux » de football depuis qu’il est haut comme trois pommes, Thomas Léonard vit en quelque sorte un rêve de gosse et n'a nullement l'intention de se réveiller. C'est pourquoi il ne ménage pas ses efforts en ce lundi après-midi. Il s'est concocté une séance de vitesse et un travail d'appuis très physique dans la perspective du «yo-yo test » qui l'attend dans deux semaines à Clairefontaine. « Il y en a deux par an, en juillet et en décembre. C'est une épreuve par paliers qu'il faut franchir pour pouvoir arbitrer. » Depuis le début de la saison, Thomas Léonard a déjà sévi à cinq reprises en Ligue 1 et a même sorti deux cartons rouges. « On ne peut pas toujours être strict. Il faut savoir aussi être pédagogue. Il y a des moments plus propices que d'autres pour ça. J'essaie de trouver le juste milieu », confesse celui qui était également à la manœuvre le 30 septembre dernier lors du premier Amiens-Lille, interrompu après la chute d'une barrière de tribune. Une expérience insolite qui fait aussi partie des aléas du métier. « De toute façon, un match n'est jamais comme un autre. »

Remise en question perpétuelle

Les premières lignes de son histoire avec l'arbitrage se sont donc écrites il y a pile-poil deux décennies avec le CS Veymerange (aujourd'hui 500 licenciés). Comme toujours dans pareil cas un peu par hasard. Il s'en souvient en tout cas comme si c'était hier.

« J'avais 16 ans, grand et chétif et il n'y avait pas la catégorie de jeunes pour moi. J'ai songé changer de club et puis on m'a proposé de prendre le sifflet », admet celui qui avait, à l'époque, évolué à tous les postes sur le terrain, mais essentiellement en numéro 6. « J'adore courir et je voulais absolument rester dans le milieu du foot. Ça m'a tout de suite plu

Thomas Léonard montre immédiatement des qualités. Il fait ses armes dans le district mosellan, arbitre jusqu'à trois matchs par week-end, parfois le dimanche matin à 10h, en hiver comme en été, sous la pluie ou un soleil de plomb. « Ça n'a pas toujours été simple au début. J'ai même pensé arrêter après une série de matchs durant lesquels il y avait eu des bagarres. » Il monte finalement les échelons. Moins vite que le prodige Benoît Bastien. Mais à son image. Pas à pas. Avec humilité et abnégation. A force de travail, surtout. Redescendu en National après deux saisons en Ligue 2, il s'accroche, remet le bleu de chauffe et vit en 2014 une rencontre de Coupe de France pas comme les autres à la Réunion entre l'AS Excelsior et Concarneau. Le meilleur moment jusqu'ici de sa jeune carrière.

Perfectionniste jusqu'au bout des ongles, il est aujourd'hui dans la lumière, mais n'est pas du genre à s'en gargariser. « C'est une remise en question  perpétuelle  et un investissement sans faille. Tu ne peux pas te reposer sur tes acquis dans ce job. Il faut à chaque fois remettre les compteurs à zéro et préparer ton prochain match avec le maximum de sérieux. Je n’ai qu’une seule obsession avant une rencontre : rendre la copie la plus propre possible. »

Pas de plan sur la comète

Salarié à mi-temps annualisé pour EDF à la centrale de Cattenom – où travaille également sa femme – Thomas Léonard se donne désormais à fond pour l'arbitrage. « En dehors de ma vie privée, c'est 80% de mon temps et 20% pour le job. » Il arrive toujours sur le lieu de la rencontre la veille pour être « tranquille », dans sa bulle « avec son équipe » et en repart le lendemain. Le jour J, il s'accorde une petite sieste avant de se rendre au stade deux heures avant le coup d'envoi. « Je n'ai guère changé les habitudes que j'avais en Ligue 2 même si certaines approches sont différentes. Notamment par rapport à la vitesse de jeu et l'impact. Je viens avec mes qualités en cherchant constamment à m'améliorer durant les stages. Je revois tous mes matchs grâce à une plateforme et j'ai des retours réguliers de la direction technique de l'arbitrage. »



Arbitrer une finale de Coupe de France ou de Coupe la Ligue, épingler des rencontres de Ligue des Champions, d'un Euro ou d'un Mondial à son tableau de chasse, le Mosellan pourrait désormais dérouler toute une kyrielle d'objectifs. Mais l'intéressé n'est pas du genre à se prendre pour un autre et ne voit pas encore aussi loin. « Chaque chose en son temps. Je suis le petit nouveau, je veux déjà me maintenir en Ligue 1 », affirme celui qui voit l'arbitrage-vidéo comme « un plus». « On s'entraîne régulièrement avec », précise-t-il.

A 36 ans, Thomas Léonard a l'avenir qui lui appartient, puisqu'il n'y a plus de limite d'âge (45 ans) comme il y a peu. La suite immédiate pour lui ?
Il sera au sifflet ce samedi 25 novembre pour Montpellier-Lille. « Je prends beaucoup de plaisir à arbitrer et je vis de ma passion. » What else ?

Source : LA SEMAINE






BUNDESLIGA AUTRICHE - Deux arbitres autrichiens reçoivent des menaces de mort ... par mail !!

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , No comments


Publié le 06/12/2017 - Le corps arbitral de la Bundesliga autrichienne vit dans la peur. Deux directeur de jeu ont en effet reçu des mails anonymes les menaçant de mort. Il s'agit de Messieurs Dieter Muckenhammer (36 ans, qui vient du village d'Oberndorf, près de Salzbourg) et Manuel Schüttengruber (34 ans, de Linz).

La Kronen Zeitung a en effet rapporté que les deux directeurs de jeu avaient reçu des menaces de mort après avoir pris des décisions en défaveur du Rapid Vienne.

Dieter Muckenhammer a officié lors du match Rapid Vienne - Red Bull Salzbourg (2-3), le dimanche 26 novembre, en tant que quatrième arbitre. Il est intervenu pour signaler à l'arbitre principal que Giorgi Kvilitaia, attaquant du Rapid, avait marqué un but de la main, but qui a donc été annulé.

Manuel Schüttengruber a pour sa part dirigé la rencontre Rapid Vienne - Alltach (1-2) mercredi dernier. Il s'est, lui, rendu «coupable» d'avoir expulsé deux joueurs du Rapid, Thanos Petsos et Boli Bolingoli.

Dieter Muckenhammer a décrit le contenu d'un courriel qu'il avait reçu: «J'ai reçu un mail venant de l'adresse schirimafia@oefb.at (ndlr: que l'on peut traduire par «mafia arbitrale»), dans lequel il était écrit que moi et mon collègue Manuel Schüttengruber ne devrions pas nous étonner si nous étions interceptés dans la rue ou dans nos communes de domicile. L'auteur du mail a jouté: «Si vous continuez de siffler ainsi contre le Rapid, vous ne verrez plus que ces Fêtes de fin d'année.»

M. Muckenhammer a déposé plainte contre inconnu après avoir reçu ce courriel menaçant.

Source : LE MATIN






UNAF - COMMUNIQUÉ : Pour le bien du Football, quand la prévention a échoué, il faut passer à la répression et cesser la politique de l'autruche...

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , No comments


Publié le 06/12/2017 - Le Président National de l’UNAF, Jean-Jacques Demarez,  lance un appel au secours, suite à la recrudescence des actes d’incivilités, de dégradations, de menaces et de violences vis-à-vis des arbitres. Il regrette qu’à part le SAFE (Syndicat des Arbitres de Football de l’Elite), l’UNAF est seule à dénoncer ce fléau qui gangrène petit à petit notre football amateur.

Il n’y a pas un seul week-end sans être avisé d’un incident, sur ou à proximité d’un stade. Quand ce n’est pas de la part d’un joueur, ce sont des supporters surexcités et parfois même des pseudos éducateurs. Aucune région n’est épargnée, mais ce qui inquiète fortement l’UNAF, c’est que cela arrive de plus en plus dans les catégories jeunes. Et ce qui fait craindre le pire, ce sont de plus en plus des agressions faites avec préméditation, voire avec arme.

La majorité des arbitres victimes est choquée psychologiquement et il n’y a que l’UNAF qui s’en inquiète, grâce à l’aide d’un psychologue du sport, Sébastien  Gutierrez, avec qui une convention a été signée. Le moral de la majorité des autres arbitres est au plus bas. Les agressions augmentent et la fidélisation diminue, malgré le travail inlassable de nos amis bénévoles des CDA et CRA.

QUE FAIRE ? telle est la question que l’UNAF se pose, car :

---Le Président national de l’UNAF et le Président national de l’AEF (Amicale des Educateurs de Football) entretiennent d’excellents rapports et ce dernier souhaite connaître les identités des éducateurs fauteurs de troubles, afin de les radier de l’AEF, si ces derniers y sont adhérents, car il y a beaucoup de pseudos éducateurs autour des terrains, et ceux-là, il ne peut pas les maîtriser.

---Il en est de même avec nos amis du SAFE, qui ne manquent aucune occasion de rappeler que toutes les incivilités que les arbitres de l’élite subissent, rejaillissent systématiquement sur les arbitres de la base et l’UNAF les en remercie. Une réunion entre ces deux entités est d’ailleurs au programme, afin de dénoncer ensemble ce fléau.

---Lors de la dernière réunion de la Haute Autorité du Football, le Président de l’UNAF, en tant que représentant des 26000 arbitres amateurs, a eu l’occasion de s’exprimer longuement sur ce sujet. La majorité de ses collègues, toutes familles confondues, connaissait ce problème de violences mais en ignorait l’ampleur que cela avait pris.

---Idem, lors de la dernière réunion de l’Union des Acteurs du Football, à laquelle Jean-Jacques Demarez n’a pas manqué de représenter notre famille, à la suite de ses explications, il a obtenu le soutien de l’ensemble des familles présentes, UNFP, UNICATEF, SAFE, AEF, SNAAF, médecins et autres. Tout le monde compatit aux sorts des arbitres, mais malheureusement, ces deux dernières instances sont force de propositions et non décisionnaires. L’UNAF a demandé et a obtenu leur soutien pour alerter qui de droit en haut de la pyramide.

---L’AFCAM (Association Française du Corps Arbitral Multisport) dont l’UNAF fait partie, a également été alertée par cette dernière et ensemble, ils se tourneront vers les ministères concernés, en espérant avoir une oreille plus attentive.

---La LFA, via la commission citoyenne et sociale, avec qui, l’UNAF, par l’intermédiaire de son président et de la représentante des arbitres et secrétaire générale du 3ème collège, Nadine Cygan, a lancé une vaste campagne de sensibilisation dont celle contre les incivilités et violences contre les arbitres, à destination des districts, des ligues et des clubs. Espérons qu’elle fasse effet.

---Le code disciplinaire fédéral a été légèrement aggravé, l’UNAF remercie la fédération pour ce geste. Malheureusement, il reste insignifiant pour être dissuasif et encore faut-il qu’il soit appliqué partout. Les UNAF locales sont vigilantes sur ce sujet.

---Tous les Présidents de ligue, que le Président de l’UNAF s’est fait un plaisir de rencontrer, un à un, constatent les dégâts et comprennent que les arbitres soient désabusés. Ils font le maximum pour y remédier, sans y parvenir.

Vu ce qui précède, vous pouvez constater que l’UNAF, au niveau national, fait tout ce qui est en son pouvoir, pour dénoncer ces faits gravissimes, avant qu’il ne soit trop tard, mais se sent démunie et pas assez entendue par la haute hiérarchie, qui pourtant devrait l’aider pour sauver le corps arbitral amateur qui est un maillon indispensable pour le bon déroulement de nos compétitions amateurs.

L’observatoire des comportements a relevé pour la saison dernière une forte hausse des incivilités et violences, dont 51% sont à l’encontre des arbitres. Cette année, alors que nous ne sommes pas encore à la trêve, ces chiffres ont explosé. Nous courons à la catastrophe et vers une pénurie d’arbitres jamais égalée.

Heureusement, et le Président de l’UNAF les en remercie très chaleureusement, il y a la motivation sans faille des présidents départementaux et régionaux de l’UNAF pour tenter de maintenir le bateau à flot, mais pour combien de temps encore ?

Quand l’UNAF parle de répression, contre les voyous qui gangrènent notre sport favori, c’est que toutes les actions de prévention, auxquelles l’UNAF est toujours prête à s’associer ont échouées. Prenons nos responsabilités et assainissons notre football amateur, nous gagnerons des licenciés, car, ne nous voilons pas la face, l’image de marque du football amateur est fortement écornée, à cause de ces débordements inadmissibles et intolérables.

Un nouveau rendez-vous sera demandé au président de la fédération, pour tenter de trouver une solution à ce fléau, tout en sachant que le remède miracle n’existe pas, mais ce n’est pas en faisant la politique de l’autruche, qu’on trouvera une solution.

Malgré tout ce qui précède, le Président de l’UNAF, Jean-Jacques Demarez et ses collaborateurs du Comité Directeur National, restent plus que jamais motivés pour représenter et défendre tous les arbitres, comme le fait également le SAFE, pour les arbitres de l’élite, car n’oublions jamais, que l’exemple vient toujours du haut et à ce niveau, le football pêche également.

VIVE L’UNAF