samedi, décembre 31, 2016

RUGBY - ALGÉRIE : Salem ATTALAH arbitre du TOP 14, de retour sur sa terre natale...

Par Arbitrez Vous archivé dans , , , , , , , , No comments


Publié le 31/12/2016 - Quand un arbitre semi-professionnel de Top 14 se déplace au Maghreb d'où il est originaire pour arbitrer le premier Tri-Nations du Maghreb de l'histoire. Il raconte cet évènement à RUGBYNISTÈRE...

Tout d'abord, quel a été ton rôle dans cette compétition ? Tu as arbitré, mais on a aussi l'impression que tu a aussi été un ambassadeur.

Salem Attalah : Mon rôle était simplement d'arbitrer un match. Nous étions trois arbitres, un Sénégalais, un Tunisien et enfin un Français (moi-même) désignés pour siffler une rencontre chacun. J'ai un peu amplifié ma fonction de simple arbitre, en proposant à mes collègues de profiter un peu du temps disponible pour échanger et se perfectionner dans notre travail à trois. Mon objectif était de créer un véritable travail d'équipe. Les équipes que nous rencontrons travaillent afin d'être prêtes le jour J. Nous avons complétement fait la même chose, en mettant des stratégies de gestion de match, d'objectifs (Arbitrage de la mêlée à deux, Déplacement du juge de touche, etc...), de communication et autres.



Nous avons essayé de former une équipe compétitive très rapidement en allant à l’essentiel d'un arbitrage réussi à trois. Je ne trouvais pas normal de ne pas faire une petite réunion d'avant match (Ou la veille) et un débrief d’après match. Mon objectif était simplement de se remettre en question comme font les équipes et les staffs. J'avoue que mes deux collègues ont joué le jeu avec plaisir et motivation. Je n'ai pas senti ma présence comme celui d'un ambassadeur.

Étant d'origine Algérienne, il est vrai que j'ai vécu cet événement avec une émotion très forte et un réel plaisir. Mais vous savez quand on est arbitre, il faut essayer de ne jamais laisser l'émotion prendre le dessus (comme un joueur). J'ai beaucoup échangé avec les dirigeants, les joueurs et les différents staffs. Je voulais simplement rendre la fonction de l'arbitre plus "humaine", avec ses forces et ses faiblesses bien entendu.

Lire la suite de l'interview sur
http://www.lerugbynistere.fr/chroniques/salem-attalah-arbitre-de-top-14-et-du-tri-nations-du-maghreb-3012161824.php