dimanche, juillet 19, 2020

UNAF - COMMUNIQUÉ : Les arbitres mécontents de la réduction des sanctions...

Par Eric WIROTIUS-BELLEC archivé dans , , , , , , , , ,


Publié le 19/07/2020 - Le Président National de l’UNAF Jean-Jacques DEMAREZ et son Comité Directeur National sont désabusés face à la clémence accordée aux auteurs d’infractions contre les règles du jeu, ce qui nuit tant à notre sport préféré.



Alors que les Arbitres font tout ce qu’ils peuvent pour faire respecter les Lois du Jeu et sanctionner les actes déviants avec discernement, que les Commissions de Discipline font tout ce qui est en leur pouvoir pour apporter une réponse adaptée en fonction du code disciplinaire, tout cela est anéanti d’un seul coup sous prétexte de l’arrêt prématuré des compétitions.

Ce mépris des personnes qui tentent de faire respecter les règles à l’encontre des « délinquants » du sport s’est déroulé en deux épisodes :

Le 11 mai 2020, le COMEX de la FFF a pris une très sage décision en toute responsabilité, à savoir le report des suspensions à temps en ne prenant pas en compte la période entre le 17 mars et le 30 juin. L’UNAF avait approuvé et l’a fait savoir.

Evidemment, les licenciés justement et lourdement sanctionnés de plusieurs mois de suspension, avec pour exemple significatif : Gelson MARTINS, professionnel de l’AS MONACO – qui s’est permis de bousculer un Arbitre- ont saisi en conciliation le CNOSF pour que la FFF revienne sur sa décision.

Jean-Jacques DEMAREZ a immédiatement interpellé le CNOSF sur le risque de sentiment d’impunité dont pourraient se targuer les licenciés sanctionnés. L’UNAF n’a pas été entendue et la FFF a fait marche arrière.

Suite à cela, sous prétexte d’une certaine équité entre les sanctionnés à temps et les sanctionnés en nombre de matchs, des Présidents de Ligue ont sollicité le COMEX pour une diminution de 3 matchs de toutes les sanctions. A la surprise générale des victimes, qui bien souvent sont des Arbitres, les clubs concernés par ces sanctions, ont eu gain de cause.

Les élections qui approchent dans tous les territoires auraient-elles eu une certaine influence sur la prise d’une telle décision qui encourage le non-respect des règles et décourage ceux qui les font respecter ???

L’UNAF espère que le Football, ne tombera pas dans les travers d’une société trop permissive à l’égard de certains « délinquants » de ce sport que nous aimons tous.

L’UNAF défendra toujours les Arbitres en continuant à travailler avec les Instances pour développer la prévention tout en restant vigilante sur les sanctions quand celles-ci sont nécessaires.

Source : UNAF
















Réactions :